Saison 2019

L'Ensemble Vocal de Bourgogne, quatre solistes et l'orchestre Hélios, placés sous la direction de Jean-Charles Dunand, interpréteront le Messie de Haendel :

► Vendredi 18 octobre à 20 H : Cathédrale Saint Vincent à Chalon-sur-Saône

► Samedi 19 octobre à 20 H : Église du Sacré Cœur à Dijon

► Dimanche 20 octobre à 17 H : Abbaye Saint Philibert à Tournus

► Samedi 21 décembre à 20 H 30 : Église de la Madeleine à Paris

 

À propos de l'Abbaye Saint Philibert

2019 est l'année du millénaire de la consécration de l'Abbaye Saint Philibert de Tournus.

La haute silhouette entourée de remparts de ce chef d'oeuvre de l'art roman des 11ème et 12ème siècles surplombe la ville ancienne. l'église abbatiale, le cloître, la salle capitulaire, le réfectoire et le cellier constituent le seul ensemble monastique du 12ème siècle conservé en Europe. L'architecture unique de la nef offre une luminosité saisissante. La crypte et la chapelle haute sont également à voir.

 

À propos du Messie de Haendel

Haendel Le Messie

Le Messie (Messiah) a été écrit en 1741 à Londres et repose sur un livret en anglais de Charles Jennens inspiré de la Bible. La musique pour le Messie a été achevée en 24 jours de composition rapide. Ayant reçu le texte de Jennens quelque temps après le 10 juillet 1741, Haendel a commencé à travailler dessus le 22 août. Ses notes indiquent qu'il a terminé la première partie aux alentours du 28 août, la deuxième partie le 6 septembre et la troisième, le 1er septembre. Après deux jours de correction, le travail est achevé le 14 septembre.

La première à Londres (mars 1743) ne connut pas la ferveur de la création à Dublin. Cette oeuvre si religieuse jouée sur un théâtre ne pouvait que contrarier les puritains. Cependant Le Roi Georges II fut tellement ému de l'Hallelujah qu’il se leva, suivi de toute l’audience, et de toutes les audiences britanniques depuis lors. Le Messie donné régulièrement pour des concerts de charité par son compositeur devint vite l’œuvre phare de Haendel. Jouée 36 fois de son vivant, elle représenta rapidement ce que la musique peut avoir de majestueux et de sublime. Charles Jennens construisit le livret en trois parties : la Nativité; Passion et Résurrection; Rédemption. L’alternance idéale d’airs solistes et de choeurs a été maintes fois admirée, et la science lyrique de Haendel est partout présente dans les airs : suaves ou victorieux, ils sont parmi les plus beaux du compositeur. Les choeurs sont eux aussi mémorables, et restent dans l’oreille depuis 250 ans...